Nouvelle ère politique en Afrique

18 mai 2019 - 2242 vues

Nouvelle ère politique en Afrique, une analyse de Gabin Conrad 

Les réalités sociopolitiques  ont de grands impacts sur nos populations en Afrique. Ces populations  qu'on prétend défendre sans grande maîtrise des enjeux quotidiens auxquels ces dernières font face.

Les nouveaux leaders politiques doivent tenir  compte de ces réalités, de ces paramètres pour amorcer un changement objectif et inclusif.

Certes, il est difficile d'expliquer aux porteurs d'idéologies relativement tournées vers  des aspirations de vengeance et de radicalisation. Pour ces derniers tout ce qui existe ou est en place doit être refait ; tel est en un mot  la logique que certains leaders politiques de la diaspora développent ou défendent.

Ce durcissement de position vis-à-vis des autorités gouvernementales ne concourt en aucun cas à une transformation de l'environnement politique.

Il faut donc avoir des approches plus conciliatrices vis-à-vis du pouvoir pour élaborer des circuits de partenariat en matière de partage efficace du pouvoir, de l’alternance ou du transfert de ce dernier et surtout avoir une bonne feuille  de route pour créer les meilleures conditions de gestion collégiale.

Il n'est pas  question de se prendre pour des donneurs de leçons comme si tout ce qui existe ou est fait est un échec;  par contre il convient d’encourager et de relever les meilleurs aspects, d'encourager les responsables par rapport  aux efforts sur le terrain.

En adoptant un tel comportement, la diaspora facilitera l’assainir de l'environnement politique. Il y naîtra une confiance mutuelle en vue d'accélérer les processus de transfert des compétences.

Cette vision de politique de la diaspora consciente  vers les pays africains doit revêtir un caractère continental d’autant puisque les problèmes sont les semblables partout.

De telles démarches constituent le moteur principal d'un panafricanisme intelligent et prospère.

Cette vision de politique de la diaspora consciente  vers les pays africains doit revêtir un caractère continental d’autant puisque les problèmes sont les semblables partout.

Au Togo la vision “Novi” du Dr Thon Aubin est un plan efficace d'assainissement de l'environnement politique et un début d'une ère d'apaisement et de stabilité politique à encourager.Cette démarche est saluée par l'organisation internationale "Sauvons l'Afrique" et plusieurs organisations africaines.

Il est juste et bon de prendre du recul  sur nos égos et amorcer la ligne de réconciliation et de reconstruction.

Les  menaces de plus en plus visibles des extrémistes à la porte de nos frontières exigent de nous une solidarité et surtout plus de cohésion au  sein des populations et une solution rapide à la misère et la pauvreté.

Les cris, les provocations, les sabotages ou les complots ne feront qu'envenimer la situation en produisant des conflits plus douloureux et retarder notre marche vers le développement.

L'environnement géographique et géopolitique de plusieurs pays en tenant compte de la montée de l'extrémisme religieux interpelle notre conscience pour que des mesures secondaires soient prises pour éviter plus  de douleurs aux populations.

Les intentions de rébellions ou les pressions musclées de la diaspora ne peuvent en aucun cas contribuer à un dénouement de des nombreux conflits sur le plan continental.

Il faut d’abord faire table rase du passé et penser ensemble à l’avenir.

Il est plus urgent de définir des méthodes de convergence des valeurs, des compétences et leur transfert sur le terrain pour  un développement harmonieux.

Il n'est pas question de sauter sur les roues de l’histoire de ces décennies mais de trouver les moyens d'améliorer leur performance pour le bonheur de tous. La diaspora peut sortir l’Afrique de son état actuel si elle accepte de dépasser certaines limites.

Conrad GAZ

Newvisafrica Medias