Une solidarité mutualiste comme voie du développement en Afrique Communautes

17 septembre 2017 - 791 vues

Aux termes des recherches que j’ai effectuées entre 2009 et 2014 au Sud du Bénin sur le thème « les stratégies endogènes de réduction de la pauvreté », je suis arrivée à la conclusion que la solidarité dans sa forme instrumentale (à travers les modèles de domination impérialiste intérieure et extérieure) ou aumônière (à travers les modèles attentistes ou les politiques de mains tendues) ne pourra sortir les peuples ni de la pauvreté, ni de la dépendance.

Pour un développement réel des peuples en Afrique, la solidarité dans sa forme mutualiste en constitue un instrument puissant. L’avenir des individus organisés en associations autonomes ou celui des Etats organisés en communautés régionales indépendantes se trouve dans le collectivisme participatif c’est-à-dire le co-développement. C’est ce à quoi doit aussi contribuer, de mon point de vue, la diaspora c’est-à-dire la concrétisation d’actions collectives à divers niveaux. Pour ma part, j’ai lancé une initiative visant à fédérer plusieurs associations locales afin de leur offrir des créneaux de concertation, de partage des expériences et de développement d’actions économiques à une échelle plus visible.

Dr B. Chantal CODJO,

Chargée des stratégies de développement,

Groupe Newvisafrica et Sauvons l'Afrique