Extrait du livre : "Un regard sur ce monde"


03 septembre 2019 - 130 vues

Le Pasteur Yoyo et l'apôtre Zéro. Da Cathé est une fidèle de cette église la "voie des quoi quoi quoi" dans cette petite ville des collines. Elle allait chaque jour nettoyer les bancs, après avoir balayé la cour de ladite mission.

Son Mari fo-Jo était un pêcheur. Un métier qu'il exerçait depuis sa tendre enfance. Il était revenu un peu plus tôt de la pêche ce jeudi mais sa femme n'était pas encore revenue de l'église.

Au fait Da Cathé avait plusieurs fois insisté pour que son mari aussi consacre les jeudis pour les activités de l’eglise. Elle était une des fidèles les plus ”vaccinés” et manifestait un excès de zèle pour ces services. Sa famille était placée en dernière position dans sa vie.

Les louanges avaient lieu sous la direction de l'Apôtre Zéro , assistant du Pasteur des lieux. Son nom était initialement Héro mais les gens l'appelaient Zéro.

En tout cas , je trouve personnellement que les habitants ont raison de le dénommé Zéro puisque ces agitations pareilles ne donnent que zéro. Depuis que cette église avait ouvert ses portes dans ce quartier pauvre , les sommeils des habitants étaient perturbés et même les après midis on entendait des bruits de louanges extraordinaires et surtout extravagants.

Les autorités publiques avaient été informées mais le pasteur ayant des amis influents parmi celles-ci, les soucis des habitants tombaient toujours dans de sourdes oreilles. Les femmes avides de miracles et quelques jeunes sans emploi et chômeurs avaient envahi les lieux pour trouver le bonheur. Pour ces fidèles le pasteur Yoyo avait la solution à tous leurs soucis . Ils pensaient qu’on pouvait trouver le bien-être sans grands efforts. Le pasteur filou n'était rien qu’un vendeur de friperie quelques années avant de se lancer dans ce ministère .

Fo-Jo n'avait pas accepté ces mésaventures de croyances qu'il trouvait ambiguës. Il manifestait de temps en temps sa désapprobation pour les absences répétées de sa femme à la maison. Il ne comprenait donc pas l'obligation de quitter ses pratiques ancestrales pour se mettre à la merci d'un nigérian qui était pas très longtemps un suspecté vendeur de drogue.

Ce Pasteur nigérian Yoyo était connu sous le nom de Yema. Mais depuis qu'il était revenu du Nigeria où il aurait reçu une initiation, il avait changé son nom et prit ce nom “fétiche” Yoyo Le Pasteur Yoyo et l'apôtre Zéro avaient mis sur pied une stratégie pour assécher les poches des fidèles. Ceci s'explique par le fait qu'ils trouvaient toujours des passages dans la Bible qui obligeaient les chrétiens à verser des dîmes et autres efforts financiers pour le développement de la mission.

Fo-Jo au retour de la pêche ne retrouva pas sa femme ce jeudi soir. Seuls leurs deux enfants étaient assis sous le manguier apprenant leurs leçons. " Où est votre mère" demanda t- il furieux ? Les enfants répondirent qu'elle était partie depuis le matin pour les activités de la mission chrétienne. Fo-Jo prit un verre d'alcool pour rallonger ses nerfs et se rendit précipitamment à l'église avec un air vindicatif. On pouvait lire sur son visage l'intention d'en découdre avec les responsables des lieux.

Le temps de retrouver sa femme, l'apôtre Zéro ayant senti le drame venir, l'approcha avec une enveloppe. "C'est pour soutenir votre famille pour tous les efforts que vous fournissez pour la promotion de l'église. Nous faisons ceci chaque année aux bons fidèles." Indiqua l'apôtre Zéro. Fo-Jo ouvrit promptement l'enveloppe et trouva une somme de cent mille francs. Ces yeux changèrent de couleur. Il n'avait jamais touché à une telle somme. D'habitude ses efforts quotidiens revenaient à quatre ou trois mille cinq cent francs. Fo-Jo qui cherchait à perturber la célébration se calma aussitôt et pria humblement l'apôtre Zéro de dire à sa femme qu'il était de retour de la pêche. Il repartit satisfait, incapable d'exprimer son désarroi.

Nous constatons avec tristesse que le pouvoir financier aura toujours le dessus sur nos valeurs sociales tend que les besoins des populations seront incontrôlables. Quelques semaines après Fo-Jo rejoignit les fidèles de cette église… En réalité le développement en Afrique aura toujours des plombs dans les ailes tant que ces églises auront pion dans la rue...

Gabin Conrad

"Un regard sur ce monde"